Où acheter / Réparer

Joël de Toulouse L'interview exclusive de Ludwig Oechslin
L'interview exclusive de Ludwig Oechslin PDF Imprimer Envoyer

ludwigUn séjour à La Chaux de Fonds cet été nous a valu la chance de rencontrer Ludwig Oechslin, l'un des horlogers les plus créatifs de ces 20 dernières années et maître es-complications d'Ulysse Nardin. Il est aussi devenu récemment conservateur du Musée International d'Horlogerie de La Chaux de Fonds, musée qui est à la fois le plus important de la planète dans sa spécialité et le siège d'un centre de recherche et de restauration.

 

- LPDM : Comment êtes vous devenu horloger ?

- Ludwig Oechslin :  Suite à mes études universitaires axées sur l'archéologie et l'étude de la civilisation grecque ancienne , j'ai entrepris un apprentissage d'horloger, puis une maîtrise, titres sanctionnés par un Certificat fédéral de capacité délivré par la Confédération helvétique. J'ai eu un maître horloger : Jörg Spöring à Lucerne avec lequel j'ai construit notre première horloge astrolabe en 1981.

- LPDM : D'où vous viennent ces connaissances dans le domaine des horloges astronomiques ?

- LO : J'ai été amené à travailler à la restauration de l'horloge de Farnese au Vatican. C'est une horloge extraordinaire, très compliquée avec des rouages épicycloïdaux sur plusieurs niveaux. Ce qui est fascinant c'est que  Bernardo Facini, le constructeur de l'horloge farnésienne n'avait pas  tous les outils mathématiques nécessaires aux calculs de ces rouages, une bonne partie de son travail était donc empirique. En travaillant sur cette horloge j'ai développé mes propres outils mathématiques, outils qui m'ont permis par la suite de développer de nouvelles constructions potentielles.

- LPDM : Comment est née la Trilogie du Temps ?

- LO : L'horloge astrolabe que nous avions fabriquée avec Jörg Spöring a été remarquée par Rolf Schnyder qui venait de reprendre la Maison Ulysse Nardin. Il m'a demandé de la miniaturiser pour en faire une montre-bracelet. Au début j'ai trouvé cette idée ridicule. Puis je me suis pris au jeu. En quelques mois j'ai réalisé les prototypes de l'Astrolabium, la première montre de la Trilogie. Il faut savoir que des montres de poche astrolabe ont déjà été fabriquées dans le passé. Le mouvement de l'Astrolabium est toutefois entièrement basé sur des épicycloïdes, il est aussi plus précis grâce aux outils que j'ai développé.

- LPDM : L'Astrolabium a été présentée à Bâle en 1985. Que s'est-il passé de 1983 à 1985 ?

- LO : Il y a loin du prototype à la série. Tout doit être recalculé pour la fabrication du mouvement, même en petite série. J'avais conçu le mécanisme et sa construction. Mais la réalisation devait être faite par des spécialistes. Pour la Trilogie c'est ETA.

- LPDM : Pourquoi ETA ?

- LO : Il y a plusieurs raisons. D'abord j'avais fait des essais sur plusieurs mouvements de base : un ETA 2892, un calibre Longines à double barillet et un calibre Zénith. Globalement les résultats étaient bons, mais avec l'ETA les résultats étaient toujours bons. Cette fiabilité a orienté notre choix. D'autre part à l'époque c'était Ernest Thomke le patron d'ETA et il était très ouvert sur des projets de collaboration avec d'autres sociétés. Depuis qu'il est parti ce n'est plus le cas.

- LPDM : Après l'Astrolabium en 1985, le Planétarium en 1988. Qui a eu l'idée de cette deuxième montre et quel est le lien avec la première ?

- LO : C'est moi qui ait proposé à Schnyder les deux autres montres de la Trilogie. En revanche c'est lui qui leur a associé les noms d'astronomes (Ndlr : repectivement Galilée, Copernic et Kepler). Il n'y a pas d'épicycloïde pour le Planétarium mais des rouages classiques. C'est plus simple mécaniquement mais plus compliqué mathématiquement. Il y a un lien entre les 3 montres de la Trilogie mais ce n'est pas ce qui a guidé leur conception au départ. Ce lien c'est un voyage dans l'Univers : on part de l'extérieur du système solaire (le Planétarium), puis on se rapproche de notre planète (le Tellurium) et enfin on se pose sur notre planète pour regarder l'Univers (l'Astrolabium). C'est cette idée qui a guidé la conception de l'horloge de Turler à Zurich que j'ai construite à la même époque avec Spöring. Turler voulait la plus belle horloge du monde. J'ai développé alors l'idée des 5 images de l'Univers, la première étant un cadran classique avec quantième perpétuel et les 4 autres images étant un voyage depuis l'extérieur de notre système solaire jusqu'à la Terre. Il nous a fallu 9 ans pour réaliser cette horloge...

- LPDM : Revenons à la Trilogie. En 1992 c'est la Tellurium.

- LO : Oui. En fait l'étape intermédiaire dans le "voyage". Il existe des horloges utilisant le principe d'un dôme coloré montrant la partie éclairée de la Terre. Il fallait trouver une solution extrêmement fine pour le cadran d'une montre. J'ai eu l'idée d'un fil qui pouvait se déformer grâce à 2 points de torsion aux extrémités. La Lune est montée sur un épicycloïde de telle sorte qu'elle regarde toujours le soleil. Comme pour les autres montres c'est ETA qui a assuré la fabrication. Mais ça été la fin de notre collaboration.

- LPDM : Avec le recul pensez-vous qu'une autre entreprise qu'Ulysse Nardin aurait pu vous aider à réaliser la Trilogie ?

- LO : Avec l'expérience que j'ai aujourd'hui de l'industrie horlogère suisse, la réponse est non. Il fallait un homme comme Schneyder, passionné par l'innovation et ayant le goût du risque. Schnyder ne s'appuie pas sur une pseudo-tradition pour faire des répétitions ou des "sandwichs" de complications.

- LPDM : Vous allez lui manquer, vous qui avez désormais d'autres fonctions, en particulier au Musée ?

- LO : Je leur ai laissé 10 ans de projets !


- LPDM : Comme la Freak ?

- LO : La Freak a été présentée à Bâle mais elle n'est pas encore commercialisée (Ndlr : interview réalisé en août 2001). C'est un carrousel 1 heure, l'ensemble du mouvement faisant un tour en une heure. 
Tout est épicycloïdal, à l'exception du barillet qui fait toute la face postérieure de la montre et assure une réserve de marche de huit jours. 
On remonte le mouvement grâce à une lunette à l'arrière de la montre et on la met à l'heure grâce à la lunette à l'avant de la montre.

- LPDM : L'échappement aussi est entièrement nouveau ?

- LO : Oui. Je travaille sur cet échappement depuis près de 10 ans. L'objectif était de faire un échappement plus simple et plus fiable que l'échappement à ancre. J'y suis parvenu grâce à un échappement entièrement symétrique : les 2 roues donnent la même impulsion à une toute petite pièce centrale. C'est très simple du point de vue théorique par rapport aux angles complexes de l'échappement à ancre. La construction en est facilitée et la fiabilité aussi. D'autre part il y a très peu de friction, ce qui rend inutile l'huilage. Nous avons utilisé un matériau à base de silicium pour cet échappement : il fallait en effet un matériau très résistant et très léger pour diminuer l'inertie.

- LPDM : Faute d'ETA, qui vous a permis de réaliser les premières séries ?

- LO : Le développement, la construction et la fabrication ont été entièrement réalisés chez Ulysse Nardin.

- LPDM : On peut concevoir de rajouter des fonctions (date...) à la Freak ?

- LO : Ca n'était pas l'objectif du développement de cette montre. En revanche l'échappement peut être utilisé pour réaliser tout autre mouvement, avec ou sans complication.

- LPDM : Vous en avez une au poignet, elle est précise ?

- LO : Précision chronométrique. Et vous que portez-vous ?

- LPDM : Une Explorer II.

- LO : C'est un excellent mouvement. Probablement le meilleur dans sa catégorie.

- LPDM : Pourtant vous avez aussi développé un mouvement de ce type ?

- LO : Oui. Parceque je voulais faire encore plus simple. Sur mon mouvement on peut changer de fuseau horaire sans enlever la montre du poignet.

- LPDM : Pour conclure, comment voyez-vous vos nouvelles fonctions au Musée ?

- LO : Ce Musée est un outil remarquable pour peu qu'on innove dans le domaine de la communication, des expositions et de la recherche. Il a aussi un défaut : il est loin de ses visiteurs. Mais j'ai quelques idées à ce sujet...

Pour en savoir plus sur l'horloge de Turler : Turler
Pour en savoir plus sur la Trilogie du Temps  et la Freak : le site d'Ulysse Nardin
Copyright : Joël Pynson pour LPDM.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Untitled Document